• Effet de levier

    L'effet de levier est le fait de modifier la rentabilité d'un investissement en utilisant le crédit bancaire. Il peut être financier (différentiel entre le rendement de l'investissement et le taux d'emprunt) ou fiscal (déductibilité des intérêts d'emprunt sur les revenus immobiliers, par exemple). Le principe de l’effet de levier est fondé sur des techniques d’endettement qui consistent à acquérir, grâce à la mise en place d’une dette, un bien d’une valeur nettement supérieure à ce que l’on possède réellement en actif monétaire direct (fonds propres). Ainsi, lors d’une opération d’investissement locatif, l’effet de levier désigne le fait de pouvoir acquérir un bien qui vaut 100 000 € en s’appuyant par exemple sur un apport financier de 30 000 € et la mise en place d’une dette de 70 000 €. Pour qu’un effet de levier produise des effets positifs, il faut que la rentabilité économique de l’investissement soit supérieure au taux d’emprunt contracté. Dans le cas contraire, il s’agira d’un levier négatif qui jouera de manière négative dans la construction patrimoniale de l’emprunteur.
  • Equity multiple

    Il s’agit du ratio qui mesure le multiple de l’investissement initial au moment de la récupération des fonds propres investis. Exemple : un investissement initial de 100 000 € qui donne un retour de 200 000 € conduit à un equity multiple de 2.
  • ESG (Environnement, Social et Gouvernance)

    Une politique ESG désigne une politique associant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Ces trois critères forment les trois fondements de l’analyse extra-financière. Ils ont pour objectif de mesurer la responsabilité des entreprises vis-à-vis de l’environnement et de leurs parties prenantes (salariés, partenaires, sous-traitants et clients).
    • Critère environnemental : la gestion des déchets et de l’eau, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques, la prévention des risques environnementaux, les actions en faveur de l’économie circulaire, ; biodiversité ou de la résilience au changement climatique,….
    • Critère social : la prévention des accidents, la formation du personnel, le respect du droit des employés et de bonnes conditions de travail, la chaîne de sous-traitance (supply chain), le dialogue social, la non-discrimination et l’égalité des chances,…
    • Critère de gouvernance : la déontologie et l’éthique des affaires, les relations responsables avec les parties prenantes, l’intégration au territoire, la gestion des risques, ….